Éric Furlan photographies

À quelques kilomètres de l’aéroport de Roissy, l’ancien village de Goussainville, bizarrement appelé le « Vieux-Pays », s’étiole doucement, comme figé hors du temps, souffrant en silence d’un étrange mal des transports.

Déjà avec le train, la commune s’était redéployée autour de la gare, à l’écart du vieux village. Puis avec l’avion, les quatre-vingts maisons situées dans l’axe de l'aéroport ont un temps été promises à la destruction afin d'épargner à leurs habitants les nuisances causées par les appareils volant à basse altitude.

C’était sans compter sur le zèle des inspecteurs des monuments historiques qui appliquèrent scrupuleusement le principe de protection des abords des bâtiments classés à la petite église romane de Goussainville. Cette décision figea le village dans son état de 1973, lequel perdit les deux-tiers de ses habitants.

Aujourd’hui, le contraste est saisissant entre une voirie  parfaite  et des maisons couvertes de graffitis, aux fenêtres murées et au toit crevé. Tandis que par-delà les fils électriques et les câbles téléphoniques, d’incessants mouvements d’appareils emplissent le ciel de leurs vrombissements.